Au travers de l’écran

Bruxelles – Me voilà de retour par ici! J’avais envie de papoter un peu, d’échanger sur un sujet qui me trouble légèrement ces derniers temps.

Si vous avez un compte Instagram, vous connaissez forcément les « Stories ». On peut y publier des photos, des mini-vidéos, faire des liens sur des articles à acheter bref, pour être désormais dans le coup et attirer encore plus de vues, il FAUT être ici. S’afficher. Se montrer au réveil, en train de boire son jus détox du matin, en train de marcher, en train de faire la fête etc. etc.

Vous l’aurez compris, ce n’est qu’une autre version de Snapchat dont j’avais déjà parlé ici. J’avais même créé un compte que je garde mais laisse à l’abandon depuis longtemps.

Sur Instastories, tout est souvent plus joli que sur Snapchat. Les photos, les commentaires, les tags, même les couleurs semblent plus belles, plus lumineuses.

Depuis que cette extension existe, je peux passer une heure entière en fin de journée à dérouler toutes les « stories » des comptes auxquels je suis abonnée. C’est ma télé à moi, bien plus marrante que celle posée dans le salon, qui n’a désormais quasiment plus aucun attrait pour moi, regardant les séries ou documentaires qui m’intéressent via Netflix ou sur le net, ou bien via les programmations des chaînes. Conclusion, mon moment « zéro » neurone de la journée se passe devant mon écran de smartphone, à regarder défiler ces centaines de moments de la journée de « vrais » gens qui se mettent en scène dans leurs stories.

Ce que j’aime:

  • Les jolies photos (comme sur Instagram mais en plein format),
  • Voir les vies de personnes connues ou moins connues dont le « lifestyle » me séduit,
  • Voir des vidéos ou photos super créatives mises en avant dans les « stories » du compte Instagram! Les photos prises par des drones sont souvent impressionnantes! Et l’imagination de certains artistes est débordante! J’adore!
  • Entendre les voix, cela donne une idée bien plus précise de la personne,
  • Accéder directement aux « stories » qui m’intéressent,
  • Pouvoir zapper en un éclair! C’est encore plus rapide qu’avec une télécommande!

Ce qui me dérange ou m’interpelle:

  • Les « stories » avec des bébés (ravissants c’est certain) qui passent une grosse partie de leur journée à regarder un écran de smartphone plutôt que le visage de leur maman (filmer un petit bout de chou à son réveil alors qu’il ne doit attendre qu’une seule chose, être pris dans les bras par sa maman ou son papa pour le gros câlin du matin, c’est bizarre, drôle de génération quand même)
  • Les déballages de cadeaux reçus par les instagrameuses (c’est lassant et même un peu agaçant)
  • Les soirées « sponsoring » montrées par dix filles en même temps (saoulant à force et pas toujours du meilleur goût)
  • Les looks filmés en marchant, ça fatigue les yeux et quand on enchaîne les stories, en voir quatre à la suite, ça donne la nausée.

Mais finalement, ce qui m’étonne le plus dans l’histoire est mon appétence pour ce genre de « programme ». Franchement, je suis censée être intelligente, un peu « cultivée » (ok, plus forte sur le thème de la mode et de la photo que sur l’art ou la littérature …), j’ai 44 ans et une belle vie, alors pourquoi éprouver un plaisir évident à regarder la vie des autres au travers d’un écran? D’autant que c’est vraiment addictif, bien plus que Snapchat d’ailleurs. On peut voir bien plus de choses, ayant accès directement aux comptes que l’on suit sans avoir besoin de changer d’application, de se créer un nouveau compte et de connaître les pseudos des personnes que l’on souhaite suivre.

Il faut dire que je trouve la télé classique bien navrante, même les journaux télévisés m’ennuient. Ils ne font souvent que répéter ce que l’on a déjà lu ou vu sur le net dans la journée. Aucun intérêt donc.

Mais quand même, compenser ce manque d’images, non par de la lecture, mais par du visionnage intensif de mini-histoires parfois insipides, c’est grave docteur??? Je m’interroge sur ma santé mentale, je vous le dis. Mais je garde une certaine bienveillance à mon égard, je ne suis pas parfaite, j’ai aussi le droit d’avoir des petites faiblesses … bon, ok, grosse faiblesse mais petite honte … allez, soyez sympas, c’est presque mon seul vice 🙂

Parfois, je me surprends aussi à être un peu triste pour toutes ces personnes qui doivent passer leur vie à se filmer, se photographier, eux et/ou leur progéniture, du matin au soir, pour pouvoir exister au travers des réseaux sociaux, toujours plus voraces. Cela doit être une pression énorme! Toujours être en forme, toujours montrer ce que l’on fait de ses journées, les endroits dans lesquels on se rend, la nourriture que l’on ingurgite, les sports que l’on pratique, ses tenues, son déménagement, son emménagement, son bébé en forme, son bébé malade, j’en passe et des meilleures.

Oh je ne vous dis pas que je ne le fais pas aussi parfois. Je poste quelques stories, souvent des photos d’ailleurs, parce que le visuel apparaît en format plein écran donc elles rendent mieux. J’ai aussi eu ma période « yoga time », je marche et je montre mes pieds, je cuisine … mais je me sens vite ridicule. Franchement, on s’en cogne de savoir que je fais des spaghettis à la sauce bolognaise quasiment chaque dimanche. On s’en fiche aussi un peu que j’aille au yoga quatre fois par semaine (je n’ai pas encore eu l’illumination mais cela ne saurait tarder tant j’ai progressé physiquement et spirituellement). Par contre, je suis sûre que lors de mon prochain déplacement à Lisbonne (nouvelle filiale ouverte, nouveau lieu à visiter!!! #lovemyjob) ou pendant mes prochaines vacances sur l’Ile de Ré, je posterai beaucoup. Pas pour vous rendre jalouses, non, juste pour partager de jolis paysages.

En fait, j’ai la sensation que l’impudeur devient le maître mot de cette décennie. Plus que la course aux likes (on cherche tous à plaire aux autres, c’est finalement assez humain) c’est ce déchaînement d’égocentrisme qui m’interroge. N’est-on pas tout simplement en manque d’amour et de reconnaissance ? Le débat est ouvert. Ici, pas sur Instastory.

Belle semaine à vous!

Besos from Belgium.

@anne

  • Reply Sofdelyon 13/06/2017 at 20:18

    Ça me parle tellement ce que tu constates ! Je suis moi même accro aux insta stories et la petite honte n’est jamais loin…. Comme toi je n’ai pas l’impression d’être particulièrement midinette … Je lis pas mal, je bosse beaucoup je voyage MAIS je suis accro aux petits ronds en haut de l’écran #pasfierequandmeme 😬
    Le Seul truc qui me reassure c’est que finalement j’ai l’impression qu’avec le temps je me lasse un peu #jeveuxycroirecarcestquandmemepasbiennormalderegarderdesgenssefilmerlespieds 😂😂
    En tout cas grâce à Instagram je suis tout de suite au courant de tes nouveaux articles donc rien que ca ca justifie mes visites sur cette application.
    #tesphotossontbellespartoutpeuimportelereseausocial

  • Reply Valérie Raoux 20/06/2017 at 16:28

    Chère Anne
    Je profite d’un peu de temps libre pour laisser enfin un message ici ! Je suis entièrement d’accord avec toi ! Mais surtout nous devons faire preuve de bienveillance à notre égard , ces moments de détente nous permettent alléger cette charge mentale constamment présente dans le cerveau féminin ! Et c’est toujours un plaisir pour moi de parcourir ton blog et de te suivre sur Instagram.
    Amitiés numérique !

    • mybelairstories
      Reply mybelairstories 21/06/2017 at 06:49

      Chère Valérie, effectivement, un plaisir de te e-connaître et de lire ton adorable commentaire. J’aime bien faire un peu mieux connaissance avec mes lectrices, même virtuellement.

  • Reply Slow Down 26/06/2017 at 23:53

    Tout à fait en ligne avec ton analyse. Il y a aussi un petit côté narcissique à sans cesse montrer ce que l’on fait, sous le meilleur angle. C’est assez navrant, et en même temps, je dois reconnaître que la thérapie est agréable ! Les photos sont souvent belles, et les sujets souvent sans grand intérêt. Mais cela nous fascine et c’est une vraie addiction. Une manière de décompresser facilement pour ma part. Une activité non polluante intellectuellement !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *